Une bataille contre les prix qui tourne à la caricature !

Capture d’écran 2016-04-28 à 16.17.09

Depuis quelques mois, la Ligue contre le cancer se positionne sur le prix des médicaments anti-cancéreux dont les prix flambent. Interventions musclées dans les congrès et la presse, pétition et site dédié en ligne, la Ligue ne lésine pas sur les moyens pour tenter de réveiller les consciences et de pousser les pouvoirs publics à prendre les choses en main. L’association tombe à bras raccourcis sur les laboratoires pharmaceutiques accusés de faire des profits exorbitants sans commune mesure avec les couts réels engagés. Elle milite pour un juste prix et plus de transparence.

Excellente chose à première vue, notre système de santé solidaire est en péril et il faut faire des économies afin d’espérer le pérenniser. Mais les moyens et arguments employés sont-ils aussi pertinents que la démarche ?

  • La hausse des prix des médicaments ne concerne pas que les médicaments anti cancéreux

Et on l’a vu notamment avec le médicament contre l’hépatite C le sovaldi ® qui a fait la une des journaux au moment de sa commercialisation et est vendu au prix de 13 607 euros la boite soit 41001 euros pour un traitement complet. (Prix le plus bas en Europe).

Alors pourquoi ne parler que du cancer. Et bien parce que la Ligue ne marche que pour les malades de cancer. Plutôt que de mener une action collective avec les représentants d’autres pathologies dans l’intérêt public, elle mène seule son combat à son habitude, tel le chevalier blanc face au monstre, dans une lutte manichéenne sans merci.

  • La Ligue participe à la stigmatisation des malades du cancer

Cette campagne s’adresse au grand public et va pour sur alimenter le ressentiment vis à vis des malades du cancer qui « coutent si cher à l’assurance maladie » sans compter qu’elle va ajouter à la culpabilité de certains patients. Nous luttons au quotidien contre cette image de poids pour la société et il est dommageable qu’une association comme la Ligue n’est pas mesuré cet effet pervers.

  • La généralisation des cibles alimente la méfiance

 La communication choisie par la Ligue réunit tous les industriels du médicament sous une même étiquette de « voyous ». Pourquoi pas? C’est la stratégie gagnante pour créer un champ des gentils contre celui des méchants. Sauf que définir comme méchants tous les industriels va par voie de conséquence alimenter un état de méfiance vis-à-vis des produits que ceux-là proposent. Or, il suffit de faire un tour sur le web pour être envahi par les articles sur les méfaits des traitements anti-cancer versus le salut promis par tout un tas de produits naturels tel que le jus de citron, le jus de grenade etc… Même situation produite dans le cas des vaccins : la baisse de la vaccination due à la méfiance des parents génère actuellement la recrudescence de maladies graves désormais disparues.

  • A propos de transparence ….

La Ligue milite pour plus de transparence et notamment pointe du doigt les conflits d’intérêt des experts. Et c’est très bien. Mais elle oublie aussi qu’elle même travaille avec les laboratoires et il n’est pas loin le temps où elle profitait largement de leur générosité. Pour preuve par exemple, les Espaces Rencontres et Informations qui ont été ouverts dans les centres de soin par la Ligue grâce au financement de Sanofi certainement ravi aujourd’hui du virage à 360° de leur ancien partenaire.

  • Une affiche caricaturale

Mais le pompon vient de l’affiche mise en ligne cette semaine indigne d’une association comme la Ligue.
Une attaque en bonne et due forme des laboratoires représentés par un riche business man qui fait fortune sur le dos des malades. Ces dits malades qui meurent car les médicaments hors de prix ne leur sont plus accessibles tandis que les actionnaires des entreprises pharmaceutiques se dorent la pilule aux Bahamas.

La phrase est au présent, laissant croire que c’est la réalité. Or c’est faux, aujourd’hui tous les malades de cancer disposent des médicaments ayant obtenus une autorisation de mise sur le marché, ceux-ci étant pris en charge par l’assurance maladie dans leur intégralité.

Cet encart en bas d’affiche alimente la peur des personnes touchées par le cancer en leur faisant croire qu’elles ne bénéficient pas actuellement des dernières molécules parce que trop chères pour notre système et qu’ainsi elles se dirigent vers (je cite) « une mort certaine » !

J’aurais aimé que la Ligue, en partenariat avec d’autres associations de malades chroniques soulèvent le problème différemment. Faire cavalier seul n’est certainement pas la solution ! Le prix des médicaments innovants est un problème qui nous concernent tous et il est légitime que la société civile soit associée aux réflexions et négociations les concernant. En revanche l’attaque frontale n’est pas la meilleure des tactiques ! Particulièrement quand elle prend la forme caricaturale de ces derniers jours ! La Ligue dont les comités font  par ailleurs un travail formidable dans l’accompagnement des malades, se discrédite par cette campagne inappropriée.

Alors oui à une concertation citoyenne, oui à une réflexion commune mais par pitié utilisons des arguments justes et des moyens plus dignes que cette affiche qui en plus de véhiculer des informations fausses, ne fait qu’alimenter l’angoisse des malades !

Discutons en adulte, négocions, décidons, co-construisons un nouveau système, mais ne caricaturons pas une situation plus complexe qu’il n’y paraît et qui ne saurait se résumer en une croisade des bons contre les méchants, une guéguerre stérile dont personne ne sortira gagnant.

Catherine Cerisey

 

Lire aussi sur le sujet de l’innovation en cancérologie l’article sur le Huffington Post de mon amie Giovanna