Charlotte, Emilie et Noémie, la vie devant elles

Capture d’écran 2015-11-02 à 12.45.04

Charlotte, Emilie et Noémie sont trois jeunes femmes superbes. J’ai eu l’occasion de les rencontrer l’une et l’autre le mois dernier. Mais leur joli minois et leur jeunesse ne sont pas leurs seuls points communs. Elles ont en effet traversé récemment, un cancer de l’ovaire pour Charlotte et un cancer du sein pour Emilie et Noémie.

Que faire d’une traversée du cancer à un âge où l’on devrait être insouciante, où la finitude de l’existence ne devrait pas faire partie de nos préoccupations ? Comment transformer cet injuste accident de vie qui frappe sans discernement en quelque chose qui aidera les autres ? C’est ce qu’elles ont fait toutes trois comme une évidence.

Coups de projecteur

Charlotte la K fighteuse

Capture d’écran 2015-11-02 à 11.10.18Capture d’écran 2015-11-02 à 11.00.54

Charlotte m’a contactée via Facebook il y a quelques temps et, parisiennes toutes les deux, nous avons décidé de nous retrouver pour déjeuner, moyen bien plus agréable que les réseaux sociaux pour faire connaissance.

Charlotte n’a pas encore trente ans et est en rémission d’un cancer de l’ovaire stade 3C, grade 1 depuis septembre 2014. Diagnostiquée très tard, malgré de multiples rendez-vous chez des médecins incompétents qui lui opposaient des douleurs psychosomatiques, elle a subi un nombre impressionnant de chirurgies et chimiothérapies. Ces traitements semblent n’avoir laissé aucune trace sur cette sublime jeune femme aux allures de mannequin sorti tout droit d’un magazine. Pourtant les stigmates invisibles aux yeux de qui la croise sont bien là. Au delà des nombreuses cicatrices, Charlotte ne pourra pas porter d’enfant. Elle s’est battue comme une lionne afin de trouver le praticien qui accepte de lui congeler ses ovocytes malgré l’urgence. « 10, je me suis laissée 10 chances » me dit-elle sans sourciller comme s’il était simple de se battre contre l’avis médical, contre des médecins qui lui expliquent que sa vie est en jeu. Elle finira par trouver celui qui accepte de lui laisser la possibilité d’avoir cet enfant qu’elle désire tant. Et même si elle ne le portera pas, elle a aujourd’hui la possibilité de réaliser son souhait le plus cher.

Durant son parcours difficile, Charlotte a cherché des moyens de traverser les traitements le moins mal possible. Et c’est à travers un blog qu’elle a décidé tous les vendredis à 12h (c’est précis), de partager ses trucs, de dévoiler les armes qu’elle a fourbies afin de contrer ce cancer qu’elle n’a pas choisie.

Rendez-vous aussi tous les mardis à la même heure, avec d’autres K fighters à qui elle laisse carte blanche et qui nous livrent à leur tour les astuces qu’ils ont développées pour survivre.

Mais aujourd’hui elle va plus loin et est en train de nous préparer une belle surprise. En effet, elle sort les « fighting kits », des kits d’essentiels pour « accompagner en douceur et dignité les K fighteurs ». Quatre ravissantes box, (cheveux, ongles et peau), pour les femmes et même une box pour les messieurs seront disponibles moyennant quelques dizaines d’euros en janvier 2016 sur son site ! Quatre jolis écrins qui renfermeront des produits adaptés pour prendre soin de vous dessinés et pensés par Charlotte rien que pour vous.

Emilie et Lilian, « soyons cheyenne »

Capture d’écran 2015-11-02 à 11.30.41Capture d’écran 2015-11-02 à 11.30.59

J’ai rencontré Emilie Deville et son inséparable compagnon Lilian Lloyd lors de la soirée organisée pour les trois ans de la chaine rose. .

Il est auteur et comédien, elle comédienne et photographe et ils ont traversé tous deux le cancer du sein d’Emilie. L’année dernière à l’occasion d’octobre rose, ils ont décidé de marier les mots de Lilian et le regard d’Emilie, en hommage à une sœur de combat Sam, emportée trop tôt par la maladie. Une campagne virale est imaginée par le couple. Des milliers de selfies d’inconnus arborant fièrement des peintures de guerre, des selfies pour dire « vous n’êtes pas seules », « vous êtes debout », inondent la page Facebook créée pour l’occasion. Parallèlement une collecte de fonds pour Gustave Roussy à Villejuif est mise en ligne

Cette initiative est l’occasion de montrer sa solidarité, aux malades, aux proches, et eu égard au succès inattendu rencontré, elle a recommencé cette année. Même si octobre rose a refermé ses portes, vous pouvez toujours vous photographier et poster sur leur page Facebook.

Et bien entendu la collecte de fonds n’attend que vous !

Les mots de Lilian

Soyons Cheyennes,

et arborons nos peintures de fierté, afin de dire que rien ne nous brise.

Soyons Cheyennes,

et saisissons les mains, épongeons les fronts, apaisons les douleurs.

Soyons Cheyennes.

aux carquois bardés d’espoirs et aux regards ciblant la victoire.

Soyons Cheyennes,

sur nos joues sont dessinés des traits d’union avec ce qui a été et ce qui se bat.

Dans la perte ou la tristesse, dans la force ou la caresse, dans les doigts qui s’entrecroisent,

Amazones, enfants, femmes, hommes, pères et mères, frères et sœurs

Que nous luttions, que nous accompagnions,

Voici ce que nous sommes,

Des Cheyennes.

Ensemble. Debout.”

Les images d’Emilie

Pour tout savoir sur la programmation de la pièce écrite et mise en scène par Lilian Lloyd « Sur l’échelle de Glasgow » qui se joue prochainement à Paris rendez vous ici 

La mali(g)ne Noémie

Capture d’écran 2015-11-02 à 12.16.11Capture d’écran 2015-11-02 à 12.16.45

Noémie Caillault est une ravissante jeune femme toute menue à l’humour décapant et la pêche communicative. J’avais entendu parler de sa pièce Maligne qui raconte son épopée au pays du cancer et que je voulais absolument voir.

Avant même de pouvoir programmer ma soirée Maligne, j’ai eu la chance de la croiser lors d’une soirée pour Octobre rose pendant laquelle elle a joué un extrait de son spectacle. A la fois désopilant et triste, ces quelques minutes donnent bien le ton de la pièce à l’image de la comédienne pétillante et émouvante .
Pourtant elle n’avait pas programmé d’écrire sur son histoire. 27 ans un cancer du sein, un petit boulot au théâtre de la Pépinière à Paris, c’est vaillamment qu’elle continue à travailler pendant les traitements afin de rester dans la vie. Ces boss la soutiennent, rient et pleurent de ses péripéties dans la planète cancer, qu’elle leur raconte au fil des jours. Ils finissent par lui proposer d’écrire une pièce et de la produire. Voilà Maligne est lancée et devient un véritable succès. Après la Pépinière à Paris, le théâtre des béliers à Avignon vous pouvez la voir en ce moment au Théâtre du Petit saint Martin à Paris les jeudis, vendredis et samedis à 19h jusqu’au 28 Novembre Courrez-y. Quant à moi, ma soirée avec Noémie est prévue très bientôt.

La bande annonce du spectacle

Voilà trois histoires, trois parcours difficiles sublimés par trois jeunes femmes qui n’avaient rien demandé, trois réalisations portées par un désir de combattre, de partager, de soutenir. J’ai énormément de respect pour ses trois petites nanas hors du commun qui ont gagné leur bataille respective et en ont fait quelque chose pour elles et pour les autres surtout ! Chapeau bas !

Prenez soin de vous les filles, et maintenant, vous avez la vie devant vous !

Catherine