Un mois de septembre toujours sous contrôle ….

IMG_1133

Partie quelques semaines en vacances j’ai eu la surprise de recevoir brutalement des messages d’encouragement pour mes contrôles alors là même que, déconnectée de tout, je n’en avais pas (pour une fois) parlé autour de moi et encore moins sur les réseaux. Après investigations, la réponse  venait de Facebook qui avait fait remonter un post datant de 2012 sur mon groupe « Après mon cancer du sein ». La magie réopérant des commentaires de soutien adorables ont commencé à affluer sur ma page me rappelant à bon escient que les vacances se terminaient ! 

Sous le soleil crétois, j’ai relu mon billet de 2012 et je me suis dit que finalement rien n’avait vraiment changé avec le nombre des années. Enfin, si, pour être honnête,  j’ai passé pour la première fois 15 jours loin de tout et surtout loin du cancer (enfin si j’occulte mes contorsions sur la plage pour remonter ce foutu haut de maillot qui dévoilait tout le temps ma cicatrice …) !… Quatorze ans plus tard, j’ai enfin réussi à mettre mon angoisse de côté durant les semaines précédant les examens et j’ai passé 15 jours de repos sans nuage (au propre et au figuré). Ces sacrés contrôles n’ont pas gâché ces deux semaines et je me rends compte aujourd’hui que j’ai parcouru un long chemin !

En revanche ce matin, il a bien fallu que je me rende à l’évidence, la boule dans l’estomac, les fourmis dans les mains, le cerveau qui fonctionne à 100 à l’heure, le coeur qui palpite… tous ces symptômes de la peur que je connais si bien sont revenus me hanter dès que le réveil a sonné. Au point d’en oublier un important rendez-vous à 10h auquel je me suis présentée à midi, moi si ponctuelle d’ordinaire !

Par contre, le rendez-vous de 17H ce soir, je ne risque pas de l’oublier : partir trop en avance, conduire en cogitant, pester contre la circulation parisienne, ne pas trouver de place pour se garer … et puis la salle d’attente bondée, les manipulatrices radios au regard vide, l’examen pour le moins désagréable, re-attente pour l’échographie, le radiologue qui parle trop pendant l’examen (bon signe?) ou pas assez (mauvais signe?), mes regards inquiets, mes questions impatientes au médecin qui doit faire son job consciencieusement et me demande d’attendre encore, re-salle d’attente et puis ….. les résultats enfin ! Ces résultats qui vont déterminer ce que sera la prochaine année, ce fameux sésame qui va me permettre de continuer ce que j’ai entrepris …  ou pas !

Folle que je suis, je me dis que « l’oubli » des contrôles ces derniers temps relèvent de l’inconscience et que peut être est-ce le signe que tout va basculer cette fois-ci. Comme si la peur d’antan m’avait protégée pendant toutes ces années et que j’allais payer cette attitude irresponsable, ce positivisme déraisonnable, cette étonnante omission de mon cerveau ! Peut-être que ma vie si différente, si entourée de l’amour de mes proches m’a éloignée des affres de la maladie? Ou alors si je suis positive, cela veut-il dire que je suis guérie ? Enfin pas guérie du cancer mais guérie, libérée de la peur, de l’angoisse paralysante des contrôles ?

En tout cas, merci ! Merci d’abord à tous ceux qui m’ont encouragée cet été,  merci à vous qui me lisez même si j’écris beaucoup moins ces temps-ci, merci au ciel d’avoir permis d’être là pour vous conter tout ça … merci la vie !

Et maintenant haut les coeurs, parce que le stress c’est maintenant ! Croisez les doigts pour moi !

Je vous embrasse tendrement

 

Catherine