Khâki-Ann et Jalla. Le crabe ? Même plus peur !

Capture d’écran 2014-02-28 à 16.10.53

C’est une histoire presque banale : deux amies atteintes d’un cancer du sein qui cherchent à répondre aux questions de leurs adorables bouts de chou déboussolés de voir leurs mamans si malades.

Que répondre à de jeunes enfants pour lesquels une maladie se soigne si facilement grâce au sirop (pas très bon) du gentil docteur.

Mais le cancer du sein n’est pas un rhume et ce n’est pas si simple. Comment expliquer le départ pour une chirurgie qui va enlever un bout de son sein, la perte de cheveux si brutale, les nausées et vomissements dus à la chimiothérapie, les brûlures provoquées par les rayons ? Ces effets pas si secondaires qui impressionnent adultes et plus jeunes à ceci prêt que ces derniers n’ont pas toutes les clés pour comprendre !

Etre une maman c’est aussi rassurer, protéger autant que faire se peut sa progéniture mais quand nous sommes nous mêmes effrayées, malades, fragilisées comment trouver les mots justes pour expliquer sans heurter, raconter sans faire peur, dire la vérité, la vraie avec des mots adaptés à leur jeune âge ?

J’avais quant à moi choisi de tout leur dire des traitements et notamment de la chimio que je redoutais tant. Pour leur expliquer comment elle fonctionnait,  je me suis inspirée d’un de ces horribles dessins animés mettant en scène un monstre dont mon fils raffolait à l’époque et qu’il appelait le Hache viande. Nous avions mis en place un rituel quand je rentrais des séances : nous jouions à une gigantesque bataille de polochons pendant laquelle chacun d’entre nous avait un rôle bien précis. Mon fils tenait celui du Hache viande-chimio, ma fille de 4 ans jouait les globules blancs et moi bien sur j’étais le cancer. Bien entendu, si les globules blancs avaient du mal face aux attaques du grand frère ce qui expliquait ma fatigue, ils finissaient par reprendre du poil de la bête, le hache viande-chimio sortait grand gagnant et le cancer finissait sous le lit définitivement vaincu ! Un jeu idiot qui nous a permis de désacraliser cette période difficile.

Kaki et Annette (Khâki-Ann) ont choisi quant à elle de se plonger dans un projet ambitieux. Elles ont mis en images grâce au coup de crayon d’une amie illustratrice Mihaela Murariu toutes les questions de leurs enfants respectifs Jules, Alix, Lilia et Lou-Anne (Jalla) dans un petit livre, Khâki Ann et le crabe, qu’elles cherchent à éditer. Il est destiné à être distribué dans les centres anti-cancer pour aider les parents  souvent démunis face aux questionnements de leurs enfants. Mais pour cela il faut des sous et les jeunes femmes ont parié sur un modèle de collecte participative en ligne sur le site de crowfounding Ulule. Elles ont besoin à minima de 3800 euros et l’objectif est presque atteint. Mais pour pouvoir en faire la publicité et couvrir les frais elles espèrent atteindre 5000 euros. Pas de petits dons, pas de petits gestes car les petits ruisseaux font les grandes rivières n’est-ce pas ? N’hésitez pas à faire tourner !!!! J’espère sincèrement que ce livre très utile pourra voir le jour bientôt. Bravo Mesdames !

Catherine Cerisey

Crédit photo : © Mihaela Murariu

La page Facebook de Khâki Ann

 Le site Ulule pour apporter votre contribution au projet