Comment être le dindon de la farce … « ne serait-ce qu’une seconde » ?

Capture d’écran 2013-12-06 à 09.44.50

La fondation Mimi qui aide les malades atteints de cancer vient de rendre publique une vidéo basée sur une mise en scène que je trouve pour le moins déplacée. Il s’agissait de maquiller et coiffer vingt personnes atteintes de cancer sans qu’elles puissent se voir. Elles se découvrent ensuite, filmées devant un miroir sans tain derrière lequel photographe et cameraman immortalisent un instant qui se voulait magique. Malheureusement nous assistons à un spectacle burlesque dramatiquement ridicule  ….

Voici le film :

L’intention n’était pas mauvaise : faire oublier le cancer, redonner l’insouciance perdue à des malades « ne serait-ce qu’une seconde ».

Mais insouciance doit elle rimer avec grotesque ? Ces personnes naïves ont été peinturlurées, coiffées en précieuses d’un autre âge avant de se découvrir en caricature d’elles même devant nous aussi surpris qu’elles de la mauvaise blague. Des photos en gros plan, des images d’un film pathétique dans lequel des malades sont pris en otage par des voyeurs sans scrupule. En regardant cette vidéo j’ai un sentiment de malaise, l’impression de voir des personnages devenus felliniens à leur insu. Des personnages clownesques dont on rit des facéties au premier rang du chapiteau à ceci près qu’ici je n’ai vraiment pas envie de rire. Oui c’est cela, un cirque dans lequel nous sommes spectateurs d’une farce dans laquelle le dindon n’est pas celui que l’on croit ! Bien sur, les malades finissent par en sourire, parce que l’autodérision est sans doute la seule solution, mais on distingue chez certains un moment de stupeur à la découverte de leur image caricaturée!

Plutôt que de les grimer n’aurait on pas pu les sublimer en les maquillant et les coiffant de façon normale sans excès afin qu’elles puissent se sentir belles tout simplement? Plutôt que de les affubler de postiches grossiers, de les maquiller de façon outrancière n’aurait-on pas pu leur mettre de jolies perruques, un maquillage discret redonnant des couleurs et des sourires à leurs visages fatigués ?

On doit le respect à tout humain mais peut être encore plus aux malades qui se battent avec dignité contre un cancer qui les ronge !  J’admire toutes ces associations qui font chaque jour un travail remarquable auprès d’eux. Du spectacle? Pourquoi pas …  mais ici, nous n’assistons qu’à un simulacre outrageux et irrespectueux au point d’en devenir pathétique ! Trop c’est trop !

Et vous qu’en pensez-vous ?

Catherine Cerisey

 

Dernière minute : les commentaires en réponse à ce billet ont été fermés. Pour continuer la conversation qui s’est un peu « emballée », de façon plus apaisée cette fois vous pouvez vous rendre ici.