« La révolution cancer est en marche à l’institut Gustave Roussy »

L’institut Gustave Roussy est un des plus grands centres européens de lutte contre le cancer. Depuis l’année dernière ils ont lancé un vaste programme de recherches sur trois ans  qui, comme tout projet ambitieux a besoin d’argent. 

Leur constat est simple, un homme sur 2, une femme sur 3 seront touchés par le cancer mais aussi et surtout une personne sur deux en décédera. Il est urgent d’agir. Or nous savons maintenant qu’il n’y a pas un cancer, mais DES cancers. Chaque personne est génétiquement unique, chaque cancer est biologiquement unique. Il faut donc dresser le genôme complet de chaque malade et découvrir les anomalies exprimées par la tumeur afin d’imaginer une prise en charge personnalisée pour  chacun.

Mais l’IGR et ses chercheurs vont plus loin. Nous savons tous à quel point le temps est long entre la découverte d’une nouvelle molécule et sa mise à disposition auprès du plus grand nombre. Parfois 20 ans sont nécessaires. Révolution cancer veut réduire ce laps de temps afin que tous les patients puissent en bénéficier le plus rapidement possible.

A ce jour 250 patients de l’IGR sur les 850 prévus sont déjà entrés dans le protocole. Près de la moitié des 10 millions d’euros nécessaires ont été récoltés.

Dans un premier temps, le programme a été ouvert aux grands donateurs et mécènes. Ces derniers bénéficient en effet, et ce , jusqu’au 30 septembre prochain, de 75% de déduction d’impôts de leur don sur l’ISF. Mais vous pouvez également participer si vous n’êtes pas concernés directement, avec une réduction d’impôt sur le revenu de 66%. Il n’y a pas de petits dons, ils sont tous utiles.

Ce programme va, j’en suis certaine, donner des résultats concrets et surtout très rapidement exploitables pour tous. L’IGR compte bien accélérer la lutte contre le cancer en réunissant ses trois acteurs primordiaux autour d’une même cause : médecins, patients et donateurs  Alors plus qu’un clic à faire pour aller sur le site de l’opération. A vos souris !

Catherine Cerisey