Le dire … ou pas ?

Le cancer du sein peut survenir lorsqu’on est bien au chaud, installée dans une relation de couple depuis des années. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour toutes : le mari ou compagnon peut fuir ou bien tout simplement la maladie peut toucher une femme seule. Après les traitements, les questions se bousculent : si un homme posait à nouveau le regard sur moi, si une nouvelle histoire d’amour se profilait à l’horizon  : que faire, comment, quand lui dire ?

Confrontée à un célibat tout neuf, j’ai été amenée à me poser cette question. Et je me suis très vite aperçue qu’elle taraudait beaucoup d’entre nous. Des conversations avec des amies d’infortune, un très beau post de mon amie blogueuse Cerize … bref je ne suis pas la seule semble-t-il.  Il s’avère que le sujet divise. Certaines préfèrent taire ce douloureux événement, d’autres s’interrogent, d’autres enfin, dont je suis, préfèrent tout dire.

Bien entendu, s’il y a eu mastectomie, il est impossible de cacher longtemps quoi que ce soit. Voire même malhonnête. Imaginez vous arriver au moment fatidique et dévoiler soudainement votre cicatrice, sans préambule. Avouez que le choc risque d’être rude, sans compter que vous avez à ce moment là d’autres chats à fouetter ! Mais, même si la tumorectomie n’a laissé que peu de traces sur vos seins, je pense qu’il est important de se raconter, de raconter votre vie et le cancer en fait partie.

Comme je le disais plus haut je suis de celle qui diront tout.  Bien sûr, j’ai subi une mastectomie et même si j’ai été reconstruite, je peux vous dire qu’il est totalement impensable et impossible de le cacher. Je le rappelle, la reconstruction n’est pas de la chirurgie esthétique et si l’homme en question ne s’aperçoit de rien, je préfère l’oublier ! D’autre part, je tiens ce blog, je collabore au site de la maison du cancer, et bien entendu dès que se pose la question de mon activité quotidienne, je serai bien en mal de me taire.

Alors à quelle réaction dois-je m’attendre? Finalement je pense que de deux choses l’une : soit il fuit, soit il reste. Et s’il fuit, aurais-je perdu quelque chose? Non définitivement non ! Je suis à prendre toute entière, telle que je suis, avec cette cicatrice dans ma tête et dans mon corps. Cette cicatrice qui me raconte, qui parle de moi, de ma vie. Conclusion j’ai décidé, après mures réflexions, d’expliquer mon parcours et ce, le plus tôt possible, histoire de ne pas perdre mon temps. Ai-je raison, ai-je tort, l’avenir me le dira … Je me veux positive, et j’ai foi en la gente masculine. Je suis persuadée qu’il existe des hommes intelligents qui seront touchés par mon histoire, qui m’ accepteront telle que je suis et qui feront fi de mes freins. La confiance, l’honnêteté ne sont-elles pas une part essentielle d’une relation épanouie ?

Ceci n’engage que moi, et je ne prétends pas détenir la vérité. C’est pourquoi je serai ravie d’avoir vos sentiments, vos réflexions, vos vécus sur le sujet. Quant aux hommes, vous êtes les bienvenus pour enrichir la discussion de vos commentaires 🙂

Catherine Cerisey

 

A lire aussi : cancer du sein et sexualité, un sujet encore tabou