Coppafeel où comment parler de l’auto-palpation autrement

A 20 ans, on n’a surtout pas envie d’entendre parler cancer, chimiothérapie, perte de cheveux… A 20 ans on pense souvent que l’on est à l’abri et pourtant … Kristin Hallenga, ravissante jeune anglaise, a 23 ans quand elle découvre un kyste dans l’un de ses seins. Comme très souvent, son médecin traitant ne s’inquiète en rien et lui répond que c’est sans doute d’origine hormonale : elle n’a pas l’âge d’avoir un cancer du sein ! Et c’est seulement 8 mois plus tard, après un combat acharné face à un corps médical sceptique, qu’on lui diagnostique un cancer de stade IV qui malheureusement a déjà métastasé dans sa colonne vertébrale. 

Après la ronde des traitements, aidée de sa soeur jumelle, elle décide de créer une association « coppa feel » afin de sensibiliser les très jeunes femmes à l’auto-palpation. Pour ce faire, elle se mobilise dans des actions pour le moins étonnantes, partout où les femmes de sa génération sont susceptibles de se trouver. Festivals, concerts, réunions sportives…  sont investis par sa joyeuse troupe qui n’a de cesse de faire passer son message : « les filles, apprenez à connaître vos seins, cela peut vous sauver la vie ». Elle organise des manifestations festives et souvent assez rigolotes afin de toucher une cible de personnes insouciantes qui, déjà suffisamment préoccupées par le sida, n’a pas envie d’entendre parler de choses trop sérieuses.

Ce mois-ci elle a imaginé de remplir une rame de métro londonien de jeunes gens affublés d’un énorme « nichon » . Distribution de tracs et franche rigolade ont été au programme de cette fine équipe. J’imagine aisément la tête des voyageurs devant cette horde de jeunes hilares qui a investit les wagons. Une vidéo vous montre à quoi la journée a ressemblé..

Sur son site, elle propose également d’envoyer des sms pour rappeler à qui le veut de pratiquer un auto-examen de sa poitrine.

Une manière originale et moins pesante de parler du cancer du sein qui peut effectivement toucher la génération des 20-30 ans si éloignée de ce genre de préoccupations. Rappeler qu’il est bon de s’examiner les seins une fois par mois est une excellente chose,  et le faire en utilisant comme arme l’humour est peut être une manière pertinente de faire passer le message. Alors pourquoi pas…

Catherine Cerisey

 

A lire aussi : Feel your boobies : l’auto-palpation sauve des vies