Le karaté pour vaincre le cancer

Le sport rentre depuis quelques temps à l’hôpital. Bénéfique pour prévenir toutes sortes de maladies, il est maintenant établi qu’il peut aussi aider les patients atteints d’un cancer à combattre la fatigue des effets secondaires et l’isolement (voir mon billet  « et si les malades faisaient du sport« ). Mais comment ça marche?

Malade, on finit par détester ce corps qui nous fait souffrir, ce corps meurtri parfois mutilé, jusqu’à le mettre en sommeil, l’oublier. Pratiquer un exercice physique permet d’en reprendre possession , de retrouver des sensations perdues. En libérant les tensions dues au stress, on retrouve la maîtrise de son physique. Le sport permet également d’éliminer les produits toxiques d’une chimiothérapie. Il aide  à oublier cette fatigue inhérente aux traitements en la transformant en une fatigue plus saine et donc plus supportable.

Fort de ces constats,le Docteur Thierry Bouillet, oncologue radiothérapeute, lui même adepte du karaté décide avec l’aide de Jean-Marc Descotes, un athlète de haut niveau, de créer des cours de karaté-do pour ses patients. Ainsi, naît la CAMI (Cancer Arts Martiaux et Information) il y a bientôt 10 ans, précurseur en la matière et imité dans les services d’oncologie de certains hôpitaux.

Avant toute chose, le karaté fait partie des sports de combat mais c’est également une philosophie. Et c’est ces deux facettes qui vont être exploiter pour aider le patient dans sa lutte contre la maladie.

Il faut apprendre à se battre contre un adversaire, tout en maîtrisant la portée de ses coups. Très vite,  l’ennemi n’est plus l’autre  mais bien le cancer contre qui on mène un véritable combat. Les cris qui libèrent les tensions permettent d’exprimer la colère, la souffrance, la peur qui  habitent le malade.

Mais le karaté-do permet également un véritable travail sur soi-même.  Un travail qui permet de comprendre le rapport étroit qui existe entre le corps et l’esprit, qui les réconcilie. Les exercices rythmés par une alternance de concentrations et de relâchements demandent une véritable introspection de la part du patient .

D’après les fondateurs, cette discipline permettrait de lutter contre la fatigue, d’acquérir la force de résister aux traitements, et  même redonnerait le courage d’affronter la maladie. Ils luttent aujourd’hui pour faire reconnaître le karaté comme véritable soin de support au même titre que la psychothérapie ou la kinésithérapie.

Ce sport est pratiqué par de nombreuses femmes atteintes d’un cancer du sein. Si elles sont surprises dans un premier temps, si elles ont parfois peur de se faire mal, notamment au bras opéré, très vite elles en deviennent de ferventes adeptes. Pour preuve cette vidéo tournée pendant un cours de l’association « Oncologie 37″en Indre et Loire :

Les seules contre indications sont la présence de métastases osseuses et/ou une insuffisance cardiaque.

Les cours sont prodigués pendant 2 ans , les malades peuvent ensuite intégrer un cours classique.

Pour tout renseignement : CAMI : 167 avenue Charles de Gaulle – 92200 Neuilly sur seine – tél : 06 12 42 84 19 – email : kcneuilly@gmail.com – il existe depuis octobre 2009  2 cours à l’IGR – se renseigner pour la Province.

A lire de Jean Marc Descotes et Thierry Bouillet : le samouraï et le cancerologue