le cancer du sein chez la femme jeune

Du 26 au 28 février aura lieu à Atlanta la 10ème conférence annuelle pour les jeunes femmes atteintes d’un cancer du sein. Cette initiative me parle d’autant plus que mon cancer est survenu l’année de mes 37 ans. Je me suis donc interrogée sur les spécificités de ce cancer chez les femmes de moins de 40 ans. En 2006 en France, 4000 femmes jeunes ont été atteintes soit 10% de la population touchée par la maladie*.

L’institut Curie a lancé des recherches en 2006 visant à définir quelles étaient les particularités de ce cancer.

  • Généralement plus agressifs, ils entraînent des taux de survie inférieurs à la moyenne.
  • Ils sont souvent découverts plus tard, donc à un stade plus élevé car les femmes de cette tranche d’âge se sentent moins concernées. Quand elles le sont, leurs seins, plus denses, permettent une détection moins performante des tumeurs notamment  par mammographie.
  • Enfin, l’incidence des jeunes femmes atteintes étant plus faible, elles sont sous représentées dans les études.

Mais ces femmes doivent faire face à des problèmes physiques et psychologiques qui  sont propres à leur jeune âge :

  • La baisse de la fertilité induite par certains traitements est particulièrement difficile à vivre quand on n’a pas d’enfant.
  • Il faut accepter de devenir vieille avant l’âge avec les 1ers signes de la ménopause qui pointent parfois leur nez
  • Quand on est dans la fleur de l’âge, comment assumer des baisses de libido ou une sexualité cahotique
  • Le retour à l’emploi ou la gestion d’un début de carrière sont des problèmes récurrents
  • Pour les femmes très jeunes, construire sa vie, appréhender les amis, les petits amis, un projet professionnel ou même des études quand on doit se battre pour sa vie vous met forcément en marge des autres.

Seulement 10%* de ces cancers sont qualifiés de génétiques, les autres ne peuvent être attribués qu’au « pas de chance » ce qui  vous amène naturellement vers le « pourquoi moi? »

La conférence d’Atlanta soutenue par des associations comme Susan G.Komen for the cure ou Living beyond breast cancer s’adresse à cette population qui se sent marginalisée. Tous les thèmes spécifiques à ces jeunes femmes sont abordés sous forme de conférences ou d’ateliers: fécondité et grossesse, incidence financière du cancer, « parlons sexe », essais cliniques pour les jeunes femmes… sont au programme cette année.

Les Etats Unis sont souvent précurseurs en matière de santé, espérons que la France et avec elle l’Europe prennent exemple sur ce genre d’initiative qui permet aux femmes de se retrouver, de se reconnaître et par là même de se sentir moins seules.

*  Institut Curie 2006

Sources : youngsurvivorsconference.org/ le journal de l’Institut Curie Aout 2006

Illustration : Etude de jeune femme Léonard de Vinci – Galerie des Offices Florence