« J’ai un cancer du sein Et après »

Cette année le père Noël m’a apporté un très beau livre que je cherchais depuis  longtemps (merci Sophie :)) : « j’ai un cancer du sein et après » par le Professeur Pascal Bonnier, illustré de photographies de Florian Launette.

Ce recueil est né à l’initiative du Docteur Bonnier médecin oncologue à l’Institut de chirurgie et d’oncologie gynécologique et mammaire de  l’Hôpital Beauregard de Marseille mais aussi chargé de mission pour l’Institut National du cancer (INCA), auprès de l’agence nationale d’évaluation  scientifique, à l’origine du Réseau d’Oncologie gynecologique et mammaire des régions Provence Alpes Côte d’azur …. autant dire un Monsieur dans l’histoire de la médecine du cancer du sein.

Ses constats étaient les suivants:

  • les femmes, face à l’eventualité d’une opération,  étaient dans l’incapacité de s’imaginer le résultat d’un geste chirurgical parfois mutilant
  • les médecins n’avaient pas les moyens de leur montrer ce que la chirurgie pouvait faire pour enlever le cancer et éventuellement réparer, restaurer une image corporelle satisfaisante.

C’est avec le concours  de Florian Launette jeune photographe de retour en France après un début de carrière aux Etats Unis, correspondant à Marseille de l’agence internationale Associated Presse et reporter pour « La Provence », et la complicité de 40 patientes  que nait ce livre en 2004.

C’est un ouvrage qui se veut pédagogique à l’attention des médecins pour les aider à expliquer de façon didactique les cicatrices, les ablations, les reconstructions aux femmes concernées par un cancer du sein, le cancer qui s’avère être le plus mutilant des cancers . C’est aussi un livre témoignage de ses femmes qui s’adressent aux autres femmes et leur montrent avec pudeur comment l’on peut vivre après un cancer du sein.

Ce livre offre donc une double lecture particulièrement intéressante. Toutes les photographies sont  accompagnées de quelques phrases relatant l’histoire  de chacune de ces  femmes et de l’explication médicale de l’opération qu’elles ont subi. En noir et blanc ou en couleur, nue ou habillée, chaque image renvoie à une histoire, un vécu, une renaissance aussi. Les femmes montrent sans aucun artifice ce qu’elles sont devenues physiquement mais aussi moralement après la traversée de la maladie.Toutes n’en sont pas au même stade de leur parcours, mais toutes expliquent leur choix par exemple celui de reconstruire ou non le sein perdu.

Il y a eu beaucoup de polémique sur ce blog à propos de la déferlante de seins en bonne santé que l’on a pu voir en ce mois d’octobre sous pretexte de lutte contre le cancer du sein. Beaucoup d’entre vous ont proposé ici et ailleurs de montrer leurs seins, leur cicatrices afin de dénoncer ce fléau et pousser les autres femmes à consulter et se faire dépister. Et bien ce livre est la démonstration que l’on peut le faire sans artifice, avec la vérité comme seule arme et sans choquer.

Un livre dont le titre définit parfaitement ce qu’il veut être : un livre à dimension humaine fait par les femmes pour les femmes, un livre hommage également d’hommes qui aiment les femmes et qui les sauvent . Un livre pour expliquer que l’on peut vivre après cette maladie, que l’on peut vivre bien et être toujours infiniment belles.

« C’est un livre témoignage pour les femmes atteintes, celles qui débutent la traversée et celles qui sont sur l’autre berge guéries de leurs maux. Mais seulement celles qui le souhaitent, celles qui le peuvent… C’est un livre de témoignage pour leurs compagnons, leurs parents, leurs enfants. C’est un livre pour les médecins concernés par le cancer du sein afin de mieux  expliquer à leurs  patientes… C’est un livre de photographies sans artifice ni voile : aucune cicatrice n’y est dissimulée. Aucun sourire n’y est obligé. ce livre est ce que les patientes ont offert aux patientes : la vie. » Professeur Bonnier extrait de son Avant-Propos

J’ai un cancer du sein et après Romain Pages Editions

Pour tout savoir sur le livre et plus encore : moncancerdusein.com