De nouveaux médicaments encore à l’étude

Encore de bonnes nouvelles dans ma boite mail cette semaine :

Un essai clinique actuellement en cours à Barcelone (Espagne) donne d’excellents résultats. Il porte sur l’association de deux produits anti-tumoraux administrés par voie orale.Cette étude réalisée en double aveugle et vs placebo a porté sur 229 femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique ou localement avancé. (Rappelons que pour commercialiser un médicament, il faut préalablement qu’il satisfasse à 4 phases de développement  plus ou moins longues). Le Sarafenib (ou Nevaxar) utilisé jusqu’à présent dans les cancers du rein et du foie est associé ici avec la Capecilabine (ou Xeloda).« Nos résultats (en termes d’amélioration de la survie) sont un signal positif quant au potentiel de cette association, explique le Pr Baselga. La tolérance a été conforme aux attentes, et aucune toxicité nouvelle ou inattendue n’est apparue. » La phase III réalisée sur un plus grand nombre de patientes devrait confirmer ces premiers tests et déboucher sur une utilisation à grande échelle dans les toutes prochaines années.

On pense aujourd’hui que les grossesses et l’allaitement prolongé réduisent les risques d’avoir un  cancer du sein.Une explication se profile avec le nouvel essai réalisé par le Professeur Herbert Jacobson à Albany (Etat de New York). Des rats ont été exposés à des substances carcinogènes et traités avec trois hormones produites pendant la grossesse -l’oestrogène, la progestérone et les ganadotrophines- seules ou associées. Une réduction de 30 à 50% de l’incidence du cancer du sein a été observée.
D’autre part, ces trois hormones induisent la synthèse d’une protéine – l’alpha-foeto- protéine ou AFP qui mise en présence de cellules cancéreuses in vitro, bloque leur croissance. Un traitement préventif et curatif contre le cancer du sein pourrait découler de ces constatations.

L’utilisation d’une protéïne , de nouvelles indications ou des associations de medicaments, de nouveaux test ou analyses génétiques (cf mon billet : cancer du sein des études prometteuses) la recherche fait des pas de géants. Si certains de ces essais cliniques se pratiquent encore sur les animaux de laboratoires, d’autres sont arrivés en phase III et IV chez l’homme et pourront bientôt bénéficier à tous.